Des thèmes intéressants. Des dossiers qui polarisent. Des opinions qui comptent: …. et plus encore chaque mois.

Abonnez-vous dès maintenant pour ne plus rien manquer !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

A lire dans notre newsletter

4 JUIN 2019

Les Employeurs Comptent Sur Un Rétablissement Rapide De L’AVS

L’AVS est l’assurance sociale la plus importante de Suisse. Or, l’augmentation massive du nombre de retraités l’entraîne vers un déficit abyssal. Les employeurs ont présenté leur plan de restructuration aux médias. Ils ont souligné par la même occasion que de nouveaux projets d’extension ne se justifient pas tant que le financement de l’AVS n’est pas durablement assuré. Plus de détails vous attendent à ce sujet, parmi d’autres, dans la dernière Newsletter de l’UPS.

Malgré l’injection financière de la RFFA, les rentes AVS sont en danger
Une nouvelle responsable de notre secteur Formation
Assurer les relations économiques avec le Royaume-Uni
Impulsions bienvenues du Conseil fédéral contre la pénurie de main-d’œuvre qualifiée
Contrôle ciblé des salaires et du travail au noir grâce aux mesures d’accompagnement
Un coup de pouce bienvenu pour la main-d’œuvre indigène
«Nous avons déjà voté sur la question des salaires minimaux»
Le oui à la loi sur les armes conforte notre association avec l’UE
La numérisation, une menace pour les professions libérales?
Déduction des frais de garde pour enfants: importante correction
Renforcer l’intégration des seniors dans le monde du travail

2 MAI 2019

De l’AVS à l’accord-cadre, en passant par le congé-paternité et les CCT

Temps perdu, inertie politique, peu de compromis porteurs d’avenir, chiffres alarmants de l’AVS: le bilan de la législature finissante tiré par les médias est bien morose. La critique montre qu’il faut arbitrer toujours plus entre l’action intelligente et une frénésie réglementaire inutile. S’il est légitime de mettre en question des dispositions de lois sur le congé de paternité et les déclarations de force obligatoire des CCT, il faut rapidement liquider, d’un autre côté, certaines «pièces de résistance» politiques. En particulier l’accord-cadre institutionnel et le projet fiscalité – AVS (ce dernier ne constituant qu’une étape vers une véritable réforme de l’AVS), sur lesquels nous voterons le 19 mai prochain, sont des facteurs d’incertitude qui pèsent sur l’évolution conjoncturelle, affirment les économistes. La présente newsletter vous fournit quelques détails à ce sujet, parmi d’autres.

Adapter la voie bilatérale aux nécessités de demain
Les résultats de l’AVS et de l’AI doivent secouer le monde politique
Pas de corset pour le congé-paternité
Réjouissante transition vers le certificat de capacité de travail
Non à la facilitation des déclarations de force obligatoire des CCT
Bilan en demi-teinte de la réforme des prestations complémentaires

2 AVRIL 2019

Stimuler la carrière des femmes grâce à un meilleur équilibre famille-travail

La Suisse vieillit : d’ici 2040, le nombre des retraités, de 1,5 million aujourd’hui, passera à 2,6 millions, tandis que le nombre de jeunes de moins de 19 ans progressera de 1,7 million à 1,9 million seulement. Cette évolution pose de grands défis à notre prévoyance vieillesse ainsi qu’au marché du travail. Mais ils peuvent être maîtrisés, notamment grâce aux femmes, dont le niveau de formation est généralement élevé et parmi lesquelles de nombreuses mères souhaitent travailler davantage. Cela nécessite toutefois la mise en place de conditions-cadre favorisant l’activité et les carrières féminines. Les employeurs prennent cette exigence au sérieux en militant dans une alliance interpartis. Parmi d’autres nouvelles, notre dernière Newsletter vous en dit plus sur ce sujet.

La Conseillère fédérale Keller-Sutter soutient l’Alliance pour la compatibilité famille-travail
Deux mots sur les «Mesures d’accompagnement»
Un centre de compétence pour la formation professionnelle
Cent ans en faveur du dialogue tripartite

25 MARS 2019

Une «réforme de beau temps» en année électorale

La campagne électorale s’est accélérée au cours de la dernière session de printemps. Les politiciens de tous bords pratiquent déjà assidument le «negative campaigning». Il y a donc beaucoup d’animation de côté-là. Pour les réformes politiques, en revanche, les années électorales sont souvent des années perdues. Les partis font tout leur possible pour éviter de prendre des décisions impopulaires. Dans ce contexte, jugeons donc avec indulgence la révision des PC, passée sans opposition au vote final. Il n’était tout simplement pas possible de faire preuve d’une plus grande volonté de réforme. Vous trouverez plus de détails à ce sujet dans notre dernière newsletter, parmi d’autres commentaires des employeurs sur la session.

Deux pas en avant, un pas en arrière
Le Conseil national veut augmenter la déduction générale par enfant
La révision de l’AI passe à côté des réalités
Loi sur les travailleurs détachés: une cantonalisation dénuée de base légale
Le Conseil national adapte la loi sur les allocations familiales à la réalité
Mieux exploiter le potentiel des diplômés des hautes écoles
Le Conseil national pour le financement par les PC de logements protégés

5 MARS 2019

D’un «oui, mais» à un oui convaincu

L’accord institutionnel doit non seulement préserver la voie bilatérale, mais assurer aussi son avenir. Les employeurs militent donc pour un accord bien accepté en politique intérieure et souhaitent éliminer les dernières pierres d’achoppement par le dialogue. Ils voueront toute leur attention aux mesures d’accompagnement et feront des propositions concrètes pour préciser les garanties existantes en droit international. Cela devrait transformer le «oui, mais» en un oui convaincu pour l’accord-cadre. Parmi d’autres nouvelles, notre dernière Newsletter vous en dit plus sur ce sujet.

Un congé paternité sur mesure plutôt qu’une réglementation uniforme
Le syndrome du burnout n’est pas une maladie professionnelle
Le concept d’utilisation du numéro AVS ne convainc pas
Les pierres d’achoppement liées aux mesures d’accompagnement peuvent être éliminées
Lutte contre la pénurie de main-d’œuvre: tenir le cap
L’avenir selon l’Organisation internationale du travail