arbeitgeber.ch

La pénurie de main-d’œuvre reste aiguë malgré le ralentissement économique

24 janvier 2023 Communiqués de presse

Le ralentissement économique semble se poursuivre. Parallèlement, le marché du travail reste robuste et de nombreuses entreprises peinent à pourvoir leurs postes vacants avec le personnel nécessaire - c'est ce qui ressort des analyses du baromètre de l'emploi de l'Union patronale suisse. Parallèlement, la pénurie de personnel va s'accentuer à long terme en raison de l'évolution démographique. Les employeurs veulent agir sur le temps de travail réellement effectué par les collaborateurs. Suite

L’immigration est dénigrée

16 janvier 2023 Opinions

Récemment, les médias ont beaucoup parlé du seuil des neuf millions d’habitants vivant en Suisse. Ces articles ont souvent eu pour tonalité que la Suisse ne croîtrait pratiquement plus qu’en largeur à cause de l’immigration au lieu de profiter d’une croissance économique. Cet avis peut être clairement réfuté en nuançant le propos. Suite

Garants du modèle à succès suisse

6 janvier 2023 Nouvelles

Les quatre organisations faîtières de l’économie et de l’agriculture suisses ont présenté leurs sujets d’affiches pour les élections fédérales. Le message est clair : ce sont les exploitations et les entreprises de ce pays qui offrent des perspectives à la société dans son ensemble. Suite

Télétravail transfrontalier: l’UPS salue l’accord fiscal entre la Suisse et la France

23 décembre 2022 Nouvelles

La Suisse et la France sont convenues d’une solution pérenne pour l’imposition des revenus du télétravail. Dès le 1er janvier 2023, le télétravail sera possible jusqu’à 40 pour cent du temps de travail par année sans remettre en cause l’Etat d’imposition des revenus d’activité salariée. L’Union patronale suisse (UPS) salue cet accord. Suite

Changements dans les assurances sociales pour 2023

22 décembre 2022 Nouvelles

En 2023, les rentes ne seront pas seulement adaptées à l'évolution des prix et des salaires, mais aussi, à la demande du Parlement, au renchérissement a posteriori. Les employeurs se sont prononcés au préalable contre cette adaptation déséquilibrée. De même, ils ne peuvent que partiellement comprendre le maintien du taux d'intérêt minimal LPP à 1 pour cent en raison des évolutions boursières actuelles. Suite