Collaborateurs et infrastructure: facteurs de réussite des PME!

13 juin 2012 Nouvelles

Les PME suisses estiment que les collaborateurs et leurs qualifications ainsi que les infrastructures constituent les principaux facteurs de succès pour leur activité. Tel est le résultat d’une étude menée auprès de 1900 entreprises suisses.

Selon l’étude de Credit Suisse, les entreprises interrogées estiment que ces deux facteurs demeureront des avantages comparatifs de la Suisse à moyen terme également. Le contexte économique est particulièrement important pour le succès des entreprises. En revanche, les PME accordent relativement peu de signification à l’interdépendance avec l’étranger. Il est vrai que la plupart d’entre elles concentrent leurs activités sur le marché local. En effet, 44% des entreprises interrogées doivent l’ensemble de leur chiffre d’affaires à une clientèle suisse.

Les risques d’une pénurie de main-d’œuvre spécialisée
Ces dernières années, l’intensité de la concurrence, le niveau des salaires, la pression sur les prix et les tendances de la demande ont fortement sollicité les PME. Le cadre normatif général est considéré comme un facteur négatif par les entreprises.

Récession mondiale, pénurie de main-d’œuvre spécialisée et intensification de la concurrence représentent, aux yeux des entreprises interrogées, les plus gros risques économiques pour les deux prochaines années. 59% des entreprises  jugent la probabilité de survenance d’une pénurie de main-d’œuvre spécialisée « plutôt forte » à « très forte ».

Huit sur dix d’entre elles s’attendent à une augmentation des prix de l’énergie et 44% en redoutent  des effets très négatifs pour leur entreprise. Les exploitations industrielles voient notamment dans l’augmentation des prix des matières premières un grand danger.  L’évolution du taux de change joue un rôle important pour les PME tournées vers l’exportation.

Mieux orienter le système éducatif sur le marché du travail
Les PME essaient de remédier à la  pénurie de main-d’œuvre spécialisée par diverses mesures. En font partie des conditions de travail attractives (69% des réponses), des possibilités de perfectionnement et de développement (64%), des places d’apprentissage (57%) et des salaires intéressants (56%).

Par moins de 72% des entreprises attendent de l’Etat qu’il oriente mieux le système éducatif sur le marché du travail.  Seules 27% des PME estiment que promouvoir encore l’immigration de main-d’œuvre spécialisée est une bonne solution pour lutter contre la pénurie de personnel.