«QUI NOUS SOMMES»: PORTRAIT DE BERTA MÜLLER

A intervalles plus ou moins réguliers, nous présentons les collaborateurs du secrétariat de l'Union patronale suisse (UPS). «Un bon serviteur d’association doit se tenir à l’arrière-plan», dit l'assistante de direction Berta Müller.

Berta Müller, SAV-Assistentin

Vous êtes le trait d’union entre les organes (membres, Comité et comité de direction) de l’Union patronale suisse. Qu’est-ce qui vous intéresse dans cette fonction?

La variété et la polyvalence. J’ai la possibilité d’organiser et de participer à beaucoup de choses. De plus, je connais la stratégie, les statuts, les règlements et je sais comment conduire des assemblées et des réunions. Je connais aussi les procédures, les dispositions et les articles. Mon travail consiste à donner vie à ces éléments parfois arides. J’y trouve beaucoup de plaisir. Enfin, j’ai un coup d’œil sur plus de 40 branches et régions différentes, ce qui est très intéressant.

Quels souvenirs particulièrement agréables gardez-vous de vos contacts avec des membres de l’UPS ?

J’ai déjà travaillé dans diverses associations, où j’ai eu l’occasion d’apprendre beaucoup, et apprendre reste très important pour moi, même à mon âge (rire). Les succès de négociations entre partenaires sociaux et/ou les votes positifs remportés ici et là pour l’UPS ou pour la branche concernée m’ont toujours procuré une grande satisfaction personnelle. En principe, je préfère travailler à l’arrière-plan, en tenant en main les fils de l’organisation  administrative.

Vous êtes un véritable «pilier» d’association. Vous êtes d’ailleurs au service d’associations depuis votre premier emploi. Qu’est-ce qui plait dans ce milieu ?

Très clairement, le service. Un bon serviteur d’association doit se tenir à l’arrière plan. Il s’agit de coopération, de solidarité, de représentation d’intérêts, il s’agit de transmettre des connaissances (politiques), d’éclairer les membres. Par exemple, nous nous frayons un chemin dans la “jungle des lois”, préparons les contenus de dossiers et les transmettons de manière compréhensible, avec pesée des avantages et des inconvénients. Avec cela, nous représentons et défendons les intérêts de nos membres sur le plan législatif.

Lors de diverses séances et à l’occasion de la JOURNÉE DES EMPLOYEURS, vous rencontrez les organes et les membres. Dans le monde numérique d’aujourd’hui, quelle est l’importance de ces contacts personnels ?

Ces contacts restent bien sûr très importants aujourd’hui. Découvrir le visage auquel correspond une voix est essentiel pour une bonne coopération. La JOURNÉE DES EMPLOYEUR offre aussi à nos membres une excellente occasion de réseautage.

Vous signez pour la direction et veillez à la bonne marche administrative de la maison. C’est beaucoup de travail ?

Oui. Je ne sais jamais exactement ce qui m’attend jour après jour. La flexibilité est donc indispensable. Travailler avec le directeur de l’UPS Roland Müller et son président Valentin Vogt est cependant très enrichissant. Leurs exigences sont élevées, mais j’ai toujours l’occasion d’apprendre d’eux, ce qui est important pour moi. Bref, j’apprécie énormément le caractère varié de mon travail.