Les travailleurs suisses en général satisfaits

4 janvier 2012 Nouvelles

A 94%, Suissesses et Suisses sont satisfaits de leur situation professionnelle. Comme le montre un sondage actuel, les actifs sont d’autant plus contents que le niveau de leur formation est bas. 

La plupart des Helvètes sont satisfaits de leur travail. C’est à cette conclusion qu’est parvenue une enquête téléphonique représentative que le magazine de la télévision suisse alémanique « ECO » a fait réaliser en novembre dernier auprès de plus de 800 actifs.

Un tiers estime sa charge trop élevée
Selon ce sondage, 94% des personnes interrogées se déclarent satisfaites (très satisfaites à 34%) de leur situation professionnelle en général. Seuls 6% avouent leur insatisfaction. A ce bien-être général est opposée l’évaluation de la charge de travail : 33% estiment que celle-ci est, dans leur cas, trop élevée. Une majorité de 64% indique qu’elle est « bien adaptée » à leur poste. Dans 3% des cas, elle pourrait même être plus élevée.

En outre, l’enquête met en lumière des différences entre les diverses parties de la société. Ainsi, le taux de satisfaction par rapport au poste de travail est aussi influencé par le niveau de formation. Moins la formation est poussée, plus les salariés sont satisfaits : 40% de celles et ceux qui ont uniquement terminé leur scolarité obligatoire se disent « très contents » de leur situation professionnelle. Ce pourcentage est de 32% pour les personnes qui ont un degré de formation scolaire plus élevé.

Une perception en fonction de l’âge
Pour ce qui est de la charge de travail, l’âge semble influencer négativement la perception. Plus celui-ci est élevé, plus l’estimation de cette charge tend à être considérée comme importante. C’est le cas de 22% des 15-29 ans, alors que cette proportion atteint 34% parmi les 30-49 ans et 42% chez les plus de 50 ans. Un röstigraben semble se manifester en la matière puisque 40% des Romands se plaignent d’une charge de travail trop forte, contre 30% parmi les Alémaniques.

Autre indication issue de l’enquête : les femmes sont plus heureuses dans leur job, 37% d’entre elles se disant même très contentes. Les hommes sont 33% dans ce cas, bien que les femmes en Suisse gagnent souvent moins que les hommes à travail égal.

Satisfaction élevée en matière de salaire et de hiérarchie
Suisses et Suissesses sont en règle générale très satisfaits de leur salaire. 85% des sondés s’en déclarent satisfaits ; 20% affichent même une très grande satisfaction. Ils sont 15% seulement à ne pas en être contents. Et un röstigraben se dégage là aussi : clairement, les Romands (20%) en sont plus mécontents que les Alémaniques (14%).

Par ailleurs, 91% des actifs helvétiques apprécient leurs supérieurs, 44% même dans une large mesure. Les insatisfaits ne sont que 9%. Là aussi, on relève une nette différence entre Suisse romande et alémanique : 15% des Romands ne sont pas contents de leur chef, tandis qu’ils sont 7% chez les Alémaniques. Les femmes accordent plutôt un bon certificat à leur supérieur hiérarchique : 50% exactement d’entre elles en sont très satisfaites. Les hommes sont 40% dans ce cas.