L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2016

La recherche de solutions sur la mise en œuvre de l’initiative contre l’immigration de masse a entièrement éclipsé le reste de l’année 2016 et trouvé une conclusion heureuse en décembre. Or, la réforme de la prévoyance vieillesse aura aussi nourri la controverse – actuellement le plus important, mais pas le seul défi de politique sociale. En témoignent les initiatives populaires combattues avec succès, celles réclamant respectivement un revenu de base inconditionnel et l’augmentation des rentes AVS (AVSplus), sans compter les positions très remarquées des Employeurs sur les réformes indispensables de l’AI et du régime des PC. Dans le domaine de la politique de formation, le débat a été très animé au sujet de la nécessité de renforcer la formation professionnelle supérieure. Le projet a fini par trouver une majorité au Parlement – grâce aussi à l’engagement de l’Union patronale suisse.

Version en ligne
Télécharger PDF

L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2015

Pour le patronat, l’exercice 2015 a débuté par un séisme de politique monétaire par la suppression du taux plancher franc suisse-euro. Cette incertitude a été encore aggravée par les inconnues entourant la mise en œuvre de l’initiative sur l’immigration de masse (IIM). L’immigration a constitué – parallèlement à la réforme de la prévoyance vieillesse 2020, à la saisie du temps de travail et au renforcement de la formation professionnelle supérieure – un des points forts de l’an dernier. Les élections fédérales et l’élection d’un deuxième représentant de l’UDC au Conseil fédéral ont vu se renforcer le camp bourgeois. L’avenir dira dans quelle mesure ceci facilitera l’émergence de solutions économiquement acceptables sur la réforme de la prévoyance vieillesse et la mise en œuvre de l’IIM et si elle permettra de corriger les mauvais choix dans la politique patronale ces dernières années.

Version en ligne
Télécharger PDF

L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2014

Du point de vue de l’Union patronale suisse, cette année a été marquée par le oui remporté de justesse en février par l’initiative sur l’immigration de masse. La mise en œuvre de ce texte occupe toujours l’UPS. En outre, les milieux patronaux ont aussi été sollicités par les initiatives sur les salaires minimums et par celle dite «Ecopop», l’une et l’autre n’ayant heureusement pas rencontré beaucoup de succès auprès du peuple. L’année 2014 a aussi été placée sous le signe de la réforme de la prévoyance vieillesse. L’UPS a introduit dans le débat une proposition de solution fondée et assez largement prise au sérieux qui entend portionner et prioriser le paquet global du Conseil fédéral. Enfin, en tant qu’année de la formation professionnelle et avec les championnats suisses des métiers organisés pour la première fois de manière centralisée, 2014 a finalement offert l’occasion de mettre en évidence les points forts de la formation professionnelle.

E-paper
Télécharger PDF

L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2013

Le 9 février 2014, le souverain a adopté par 50,3 pour cent des voix l’initiative populaire de l’UDC contre l’immigration de masse. Ce texte exige un changement de système dans la politique d’immigration. Elle entend limiter l’immigration en demandant à l’État de fixer des niveaux maximums d’autorisations pour les étrangers et les demandeurs d’asile. La mise en oeuvre de cette initiative, combattue par l’UPS, va s’imposer comme une priorité en 2014. Les conséquences de l’initiative sont encore difficiles à prévoir. Le plus grand potentiel de risque réside assurément dans le fait que l’incertitude accrue qui en résulte en matière de planification pourrait peser sur les investissements, partant l’emploi des entreprises. D’où la prudence des prévisions de croissance de certains instituts pour 2014, qui restent à quelque 0,2 pour cent en deçà de celles du Seco.

Télécharger PDF

L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2012

En 2012 également, notre pays a fort bien surmonté les défis de la crise de l’euro et de l’endettement, malgré la morosité du climat économique mondial. Cette vue macroéconomique recouvre cependant des évolutions très inégales d’une branche à l’autre. Bon nombre d’entreprises de l’industrie exportatrice et du secteur touristique souffrent beaucoup du haut niveau du franc et du tassement de la demande internationale. L’économie domestique, par contre, affiche une santé réjouissante, à laquelle a contribué une fois de plus la demande de logements, de biens de consommation et de services émanant des immigrés.

Télécharger PDF

L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2011

L’année 2011 a montré à quel point l’économie suisse est tributaire de l’évolution des marchés financiers internationaux, en l’occurrence de la crise de la dette en Europe et aux Etats-Unis. C’est là, hors de notre domaine d’influence, que se situent les risques majeurs pour les mois à venir. En outre, l’étranger exerce des pressions sur nos banques. Lesquelles risquent d’imposer à ce secteur une profonde adaptation des modèles d’affaires aussi bien que des effectifs. Les entreprises doivent recourir en temps utile à toutes les options pouvant leur permettre de conserver et d’améliorer leur compétitivité. La tâche de l’Union patronale suisse est de défendre ces options contre toutes sortes d’entraves de nature politique, mais aussi de rappeler aux employeurs leur responsabilité sociale.

Télécharger PDF

L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2010

La rétrospective de l’année des employeurs 2010 est contrastée. L’acceptation de la révision de la loi sur l’assurance-chômage en est l’un des aspects positifs. Tout aussi réjouissant a été le rejet de l’initiative socialiste «pour des impôts équitables». Au nombre des points négatifs au contraire, il faut relever le non catégorique à l’adaptation du taux de conversion LPP minimal dans lequel le débat sur les rémunérations abusives a aussi laissé des traces, ainsi que le rejet par le Conseil national de la 11e révision de l’AVS. L’acceptation de l’initiative pour le renvoi des étrangers criminels, en contradiction manifeste avec la libre circulation des personnes entre la Suisse et l’UE, n’était pas non plus particulièrement dans l’intérêt des employeurs.

Télécharger PDF

L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2009

Le mot «crise» aura certainement été l’un des plus fréquemment utilisés en 2009. Plusieurs facteurs expliquent pourquoi l’économie suisse a relativement bien résisté au «stress test» de ces 18 derniers mois. Entre autres, l’effet stabilisateur des dépenses d’état et de l’assurance-chômage, qui a maintenu la consommation privée à un niveau quasi constant et la libre circulation des personnes avec l’UE dans la mesure où l’afflux en Suisse de personnel très qualifié et bien payé a renforcé la demande de logements et de biens de consommation.

Télécharger PDF

L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2008

Il y a douze mois, nous nous retournions sur une année économique très florissante. Il y avait certes quelques nuages s’accumuler sur Wall Street, mais ils paraissaient lointains et peu susceptibles d’ébranler les certitudes générales quant à la poursuite de la croissance, même à un rythme atténué. Car les carnets de commandes de l’industrie suisse étaient bien remplis, le plein emploi régnait et le climat de consommation restait excellent. Tout indiquait que l’Union patronale suisse allait pouvoir fêter ses cent ans dans un climat économique plutôt serein.

Télécharger PDF

L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2007

Pour l’économie suisse, l’année 2007 a été, elle aussi, celle d’une forte croissance, accompagnée d’un nouvel essor de l’emploi. Une fois de plus, le caractère libéral du marché suisse du travail apparaît comme un avantage comparatif de taille. La souplesse avec laquelle nos entreprises peuvent réagir, notamment par des variations d’effectifs, à de fortes fluctuations de la demande ou aux mutations structurelles est un indéniable atout que la place économique suisse ne doit pas laisser se perdre. Cet argument est sans cesse mis en avant, avec celui du haut niveau de qualification des collaborateurs et de la qualité de vie afférente, quand il s’agit du choix d’un lieu d’implantation ou de l’installation en Suisse de quartiers généraux d’entreprises internationales.

Télécharger PDF

L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2006

L’année 2006 aura été pour les employeurs un excellent cru, après une année 2005 déjà très favorable. L’économie a donc poursuivi son redressement, enregistrant même un essor sensiblement plus vif que celui prédit par de nombreux augures au début de 2006. Et la plupart des observateurs ont revu nettement à la hausse leurs estimations de croissance dans le courant de l’année. En réalité, avec une croissance réelle estimée à 2,7 pour cent en 2006, la Suisse a connu une progression tout à fait remarquable de son PIB, la plus forte depuis 2000. Les années difficiles qui ont marqué la naissance de ce siècle font donc définitivement partie du passé. On est même en droit de considérer que l’économie suisse a surmonté pour longtemps les faiblesses économiques qui menaçaient de miner notre prospérité et notre prévoyance sociale. Les principaux moteurs conjoncturels qui nous ont assuré ce résultat ont été, une fois de plus, la consommation privée et le commerce extérieur.

Télécharger PDF

L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2005

Dans l’optique des employeurs, des événements positifs ont marqué l’année 2005. D’une part, on a remporté deux importantes votations populaires; d’autre part, l’horizon conjoncturel s’est progressivement éclairci. La nette approbation apportée par le souverain à l’accord Schengen/Dublin ainsi qu’à l’extension de la libre circulation des personnes avec les nouveaux Etats membres de l’UE nous a réjouis. Ces deux acquiescements populaires ont aussi récompensé l’important engagement des associations économiques.

Télécharger PDF

L’ANNÉE DES EMPLOYEURS 2004

Au lendemain des élections fédérales de 2003, les attentes placées dans le nouveau parlement fédéral étaient grandes et l’on espérait voir enfin «quelque chose bouger» dans le paysage politique suisse. Le bilan de la première année de législature a toutefois montré que les deux blocs politiques élus – aile gauche et aile droite renforcées – se neutralisent l’un l’autre. Dans l’optique patronale, les développements et tendances de l’année écoulée n’indiquent que très peu de mouvement, et même aucun revirement de tendance sur les chapitres fondamentaux. C’est particulièrement vrai au regard de la hausse persistante des dépenses sociales et de la progression continue de la dette publique.

Télécharger PDF