Assurance accidents: bons résultats pour la Suva en 2010

17 juin 2011 Nouvelles

La Suva va diminuer ses primes de 7% en moyenne en 2012 dans l’assurance contre les accidents professionnels et non professionnels. C’est la cinquième réduction consécutive des primes, a indiqué l’assurance.

Cette baisse s’explique par les bons résultats de l’exercice 2010 qui boucle avec un excédent de recettes de 244,4 millions de francs (188,2 millions en 2009). Le taux de couverture financière de l’assurance s’établit «à un solide niveau» de 121%.

En 2012, les primes diminueront pour plus de 80% des entreprises. Des augmentations sont toutefois possibles, car la prime effective dépend du risque de l’entreprise et de la branche, précise la Suva.

275 millions de francs
L’assurance restituera ainsi 275 millions de francs sous forme de réduction de primes. La diminution des charges salariales qui en découlera « aura pour effet de soutenir la place économique suisse », a indiqué Ulrich Fricker, président de direction de la Suva, cité dans le communiqué.

En 2010, les placements ont obtenu un rendement de 5,6%. La valeur du portefeuille de placements s’établit à 39 milliards de francs. Les rentes d’invalidité et de survivants de 100’000 personnes sont ainsi garanties sur le long terme, souligne l’assurance.

Au total, la Suva a versé 96 831 rentes en 2010 contre 98 126 en 2009. Un contrôle rigoureux des coûts a aussi contribué au bon résultat. Les recettes de primes ont en outre progressé de 2% pour s’établir à 4,313 milliards de francs. Cette hausse est la conséquence de l’évolution favorable de la conjoncture qui a été accompagnée par une augmentation du nombre de salariés.

Accidents en hausse
La Suva a recensé 458 894 accidents et maladies professionnels en 2010, soit une hausse de 2,2% par rapport à 2009. Cette hausse s’explique par l’augmentation du nombre de salariés en raison de la reprise économique.

L’assurance n’a enregistré que 1978 nouvelles rentes d’invalidité en 2010 (2050 en 2009) grâce aux mesures systématiques de réinsertion. C’est le plus bas niveau depuis l’introduction de la loi sur l’assurance accidents en 1984, souligne la Suva.