Aide sociale: un peu plus de bénéficiaires dans les villes en 2010

30 août 2011 Nouvelles

Le nombre de personnes à l’aide sociale a augmenté de 2% en moyenne l’an dernier dans treize villes suisses. Dans le détail toutefois, les différences sont grandes et certaines ont même connu une baisse par rapport à 2009. Lausanne et Bienne restent les villes avec le taux le plus élevé.

Après plusieurs années de baisse dans la plupart des villes, le nombre de bénéficiaires a augmenté l’an dernier. La hausse est toutefois moins importante que craint après la crise financière et la révision de l’assurance invalidité, a souligné mardi à Berne Martin Waser, conseiller municipal zurichois et président de l' »Initiative des villes: politique sociale ».

Grandes différences
Concrètement, sur les treize villes analysées dans le rapport de l’Initiative des villes, sept ont vu le taux de personnes dépendantes de l’aide sociale augmenter: Bienne (10,5 à 10,9%), Berne (5,1 à 5,2%), Lucerne (3,1 à 3,2%), Schaffhouse (2,7 à 2,8%), Schlieren (ZH) (4,7 à 4,9%), Winterthour (4,4 à 4,6%) et Zoug (1,6 à 1,7%).

A Zurich, le taux est resté stable (5%) tandis qu’il a diminué à Lausanne (10,1 à 9,9%), Bâle (6,3 à 6%), St-Gall (4,3 à 4,1%), Uster (ZH) (1,4 à 1,3%) et Wädenswil (ZH) (3,1 à 2,9%). A Lausanne toutefois, le nombre de cas a augmenté en parallèle à celui d’habitants.

Caractéristiques
Ces différences, tant du point de vue de l’évolution que des écarts de taux entre les villes, s’expliquent principalement par la taille, la situation ou le marché du logement propres à chaque cité. Le tissu économique joue également un rôle important, puisque taux de chômage et taux d’aide sociale sont étroitement corrélés.

Chef de l’action sociale à St-Gall, Patrick Müller s’est voulu positif en soulignant que les taux restent inférieurs à il y a cinq ans, mis à part à Bienne et Lausanne. Ces deux villes sont confrontées à des défis structurels et démographiques particuliers, a-t-il souligné.