L’IFFP au service d’une formation professionnelle ajustée aux besoins

14 mars 2017 Nouvelles

Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle IFFP a célébré son dixième anniversaire en organisant une journée nationale de promotion de l'inventivité dans le domaine de la formation professionnelle. A cette occasion, le président des employeurs Valentin Vogt a apporté les salutations de l'économie et fait appel à la volonté créatrice des partenaires du système de formation professionnelle.

Avec ses activités en faveur de la formation et de la recherche et son soutien aux associations, l’Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle IFFP contribue grandement à assurer l’équilibre entre la recherche et les réalités du marché du travail et à maintenir le haut niveau de qualité de la formation. Ce sont ces prestations qu’a saluées Valentin Vogt, président de l’Union patronale suisse (UPS), lors d’une journée marquant les dix années d’existence de l’institut.

Dans son exposé, M. Vogt a félicité l’IFFP pour son engagement et souligné que la Suisse aura plus que jamais besoin, à l’avenir, d’une institution fédérale s’impliquant activement, avec le sens de l’innovation et dans un esprit visionnaire. Même si l’IFFP obtient formellement le statut de Haute école, elle devra toujours se concentrer sur son offre exclusive: la recherche et la gestion de processus d’apprentissage combinés au travail – bureautique, chantiers, pratique médicale, derrière les comptoirs de vente ou dans tout autre domaine d’activité. Selon M. Vogt, à l’exception de l’IFFP, presque toutes les institutions s’occupant de formation voient l’apprentissage comme un espace d’enseignement classique. Or, l’apprentissage sur le lieu de travail ne cesse de prendre de l’importance et constitue le cœur même de la formation professionnelle.

L’UPS milite très activement pour une formation professionnelle solide et axée sur le futur. Elle compte pour cela sur un socle de solides connaissances et sur une science du pilotage issue de la recherche sur la formation professionnelle. Il faut aussi, cependant  la volonté constructive de tous les membres de l’alliance. Cette volonté doit se renouveler dans le projet « Formation professionnelle 2030 ». Surtout, des champs d’action doivent être ménagés aux entreprises pour leur permettre de faire preuve de créativité pratique en matière de formation professionnelle. Le président de l’UPS en a donc appelé à ne pas tout vouloir réglementer et figer. Car en fin de compte, d’importantes innovations voient le jour à petit échelle et grâce à l’expérience pratique.