Please activate JavaScript!
Please install Adobe Flash Player, click here for download

Rapport-annuel-2014-epaper

Lors de la JOURNÉE DES EMPLOYEURS 2014 à Lausanne, le président Valentin Vogt a évoqué les qualités fondamentales du marché suisse du tra­ vail: sa flexibilité et son ouverture, des assurances sociales saines et un partenariat social performant. Voici quelques extraits de son allocution présiden­ tielle. L’ÉCONOMIE EN RÉGIME DE CAMPAGNE Depuis un certain temps, l’économie, ou ses associ­ ations, fonctionnent en mode «campagnes». A un rythme quasi trimestriel, le peuple est appelé à voter sur des questions liées au marché du travail ou aux salaires. L’initiative «1 : 12» a été suivie de celle sur l’immigration de masse et celle sur le sa­ laire minimum le sera par l’initiative Ecopop. L’éco­ nomie est donc sollicitée. Un engagement supplé­ mentaire des entreprises – à côté de leur appui habituel – est indispensable pour articuler nos ar­ guments de manière crédible. Ce surcroît d’efforts réclamé à fréquence élevée est nouveau pour les chefs d’entreprise. Mais le résultat très net de l’ini­ tiative sur le salaire minimum a montré toute l’im­ portance d’une mobilisation forte. Après un non très net (65,3 pour cent) à l’initiative «1 : 12», les électeurs ont rejeté par une majorité encore plus forte (76,3 pour cent) l’initiative des syndicats sur le salaire minimum. Alors que les messages des employeurs ont clairement convaincu l’opinion pour les deux initiatives précitées, ce ne fut pas le cas pour celle sur l’immigration de masse. A y regarder de près, le débat public sur cette dernière ne portait pas sur la thématique du marché du travail, mais en premier lieu sur l’im­ migration de personnel. Bien plus – c’est ainsi du moins que son contenu était expliqué à la popula­ tion, par les initiants surtout – l’économie n’aurait pas été privée de la main­d’œuvre nécessaire. Les principales thématiques de la campagne de l’UDC étaient la croissance de la population et la surpo­ pulation étrangère. A ce propos, l’analyse Vox ré­ cemment publiée confirme un conflit, dans la po­ pulation, entre deux conceptions de valeurs et points de vues sur l’identité nationale. Il ressort actuellement des discussions sur la mise en œuvre de cette initiative que – selon les effectifs maximums fixés, l’ampleur et le début d’une éven­ tuelle limitation de l’immigration – le marché de l’emploi sera directement concerné. On ignore en­ core comment et à quel rythme le potentiel au­ tochtone pourra être épuisé sitôt mises en place les éventuelles limitations de l’immigration. Pour aboutir à un dénominateur commun, il faudra du doigté et de la volonté d’aboutir. Les travaux dans ce sens sont en bonne voie. Pour l’économie, la question de savoir comment l’Europe réagira aux propositions helvétiques de mise en application est un gros souci. Pour l’Union patronale suisse (UPS), il est essentiel qu’une ad­ aptation de la Constitution reste aussi proche que possible de l’accord sur la libre circulation (ALCP)    – toute autre approche, influencée par des consi­ dérations tactiques, reviendrait à jouer avec le feu. Il n’est cependant pas certain que l’UE accepte les inévitables renégociations de l’ALCP. Une violation durable et grave de l’une de ses libertés fondamen­ tales ne serait que difficilement tolérées par l’UE pour des raisons de politique intérieure et mettrait donc en danger l’ensemble des accords bilatéraux. Un risque que l’économie ne peut prendre. Parallèlement à la recherche de solutions en vue de l’application de l’initiative sur l’immigration de masse, à laquelle l’UPS contribue de manière si­ gnificative avec son propre modèle, notre associa­ tion veut aborder la question de l’exploitation du potentiel local de main­d’œuvre. Avec notre initia­ tive «Marché du travail 45plus», nous avons créé à cette fin non pas un think tank mais un act tank. Le but de cet act tank est de capitaliser le potentiel indigène: réinsertion professionnelle des femmes et recours aux capacités des travailleurs seniors. De concert avec les entreprises, les associations de branches, les autorités œuvrant sur le marché de l’emploi et d’autres intervenants, des mesures sont définies pour améliorer l’utilisation du poten­ tiel local; des adaptations des bases légales sont mises en route, des exemples de best practice issus de la pratique en entreprise sont développés et il est sensibilisé à cette problématique. LE CONSEIL FÉDÉRAL MET EN PÉRIL SA PROPRE RÉFORME La productivité du marché du travail et l’état des assurances sociales sont un indicateur de santé d’une économie. Dans ce domaine également, la nécessité d’agir est patente. Je vais à présent m’en expliquer. La procédure de consultation relative à la réforme Prévoyance vieillesse 2020 s’est achevée il y a peu. LE MARCHÉ SUISSE DU TRAVAIL – UN MODÈLE DE RÉUSSITE QUI A DE L’AVENIR?

Sommaire des pages