Please activate JavaScript!
Please install Adobe Flash Player, click here for download

Rapport-annuel-2014-epaper

rents ont évolué de manière légèrement négative. Cela tient en partie au fait que depuis juillet 2014, les visites internes du site ont été extraites de l’ana­ lyse. Toutefois, les taux de rebond sur les pages d’accueil en allemand comme en français ont pu être ramenés à un faible niveau, ce qui est positif. La newsletter de l’Union patronale suisse a paru chaque mois en 2014. Elle contenait un résumé des principales nouvelles de l’actualité. Ce service a permis, en complément des importantes prises de position de l’UPS en ligne, de faire parvenir ces nouvelles directement aux abonnés. A fin 2014, 1500 personnes environ étaient abonnées à la newsletter de l’UPS (allemand: 1250, français: 250). Grâce à l’apport de nouveaux abonnés, les pertes dues à des raisons techniques – essentiel­ lement les modifications d’adresses e­mail – ont pu être plus que compensées. Il en est de même du news­service dont le nombre des abonnés s’est situé, en moyenne annuelle, autour de 1500. Le taux d’ouverture de la newsletter a approché les 40 pour cent en moyenne annuelle. Avec un peu moins que 35 pour cent, le taux d’ouverture du news­service a été légèrement inférieur à celui de la newsletter. En moyenne, le taux de clics (CT­rate) de la newslet­ ter a été d’environ 15 pour cent. Cela veut dire qu’un abonné sur sept a cliqué sur des contributions de la newsletter et a ainsi accédé au site de l’UPS. Le taux de CTO «Cliquer pour ouvrir» a atteint en moyenne la marque de presque 35 pour cent. Sur cette base, près de deux abonnés sur cinq qui ont ouvert la newsletter ont cliqué sur au moins une contribution. Les deux chiffres­clés apparaissent positifs dans la perspective des critères de référence. Au terme d’une phase pilote de trois mois au début de l’année sous revue, il a été décidé définitivement, au printemps, d’établir l’Union patronale suisse sur Twitter. Jusqu’à la fin de l’année, le nombre d’adeptes a atteint près de 350. Un aspect encore plus remarquable que la quantité pure est le fait que les adeptes sont en grande partie des repré­ sentants des principaux groupes de référence: mé­ dias, membres, politiques. SUPPRESSION D’« EMPLOYEUR SUISSE » Jusqu’à fin 2014, «Employeur Suisse», la revue de l’Union patronale suisse, contenait des rapports sur les entreprises, les branches et les associations. Elle se proposait d’approfondir les principaux thèmes: marché du travail et droit du travail, politi­ que sociale et assurances sociales, formation ainsi que travail et santé. Le journal présentait des com­ mentaires, des débats avec des dirigeants et four­ nissait des bases de décisions destinées aux res­ ponsables. «Employeur Suisse» paraissait chaque mois en allemand et en français. En cours d’année, l’UPS a décidé de réorganiser ses canaux de communication et de mettre un terme à la parution d’«Employeur Suisse». La der­ nière édition a paru en décembre 2014. Le tirage moyen était de 4100 exemplaires, un niveau stable. Le tirage certifié par l’institut REMP (Recherches et études des médias publicitaires) atteignait 3534 exemplaires diffusés, 3108 exemplaires vendus et 426 exemplaires gratuits. Recevaient la revue, in­ dépendamment des abonnés, les politiques inté­ ressés, les organes administratifs et les médias. Le volume d’«Employeur Suisse» a varié entre 60 et 64 pages (titre et couverture compris). Avec un chiffre d’affaires net d’environ 73000 francs, le vo­ lume des annonces payantes a légèrement reculé par rapport à l’exercice précédent. Le budget de la revue a pu être maintenu. La collaboration avec l’entreprise Sihldruck AG dans les domaines de l’impression, de l’envoi et de l’administration des abonnements a pu subsister en 2014. Il en a été de même de la coopération avec le partenaire pour les annonces, la société Zürichsee Werbe AG. Pour sa dernière année de parution, «Employeur Suisse» a encore obtenu le label de qualité «Q­Pu­ blikation» de l’association Médias Suisses. Ce label atteste que la revue satisfait aux exigences élevées de qualité pour les publications spécialisées. En complément à ses activités de communication en progression dans le domaine en ligne, l’Union patronale suisse continuera à l’avenir de publier des produits imprimés, même si la périodicité ne sera plus la même. Un premier projet a déjà pu être réalisé au premier trimestre de 2015. Il s’agit d’une brochure qui présente le portrait de 200 femmes éligibles pour des mandats de conseil d’ad­ ministration. La publication a pour but de contri­ buer à accroître la mixité dans les organes dirige­ ants des entreprises.

Sommaire des pages