Please activate JavaScript!
Please install Adobe Flash Player, click here for download

Rapport-annuel-2014-epaper

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL (OIT) L’OIT est l’organisation spécialisée du système des Nations Unies pour les questions du travail. C’est la seule organisation internationale tripartite: ainsi, les employeurs et les travailleurs du monde entier y sont représentés par leurs organisations respec­ tives à côté des gouvernements. L’UPS compose chaque année la délégation patronale suisse à la Conférence internationale du Travail qui est l’or­ gane suprême de l’OIT. CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL La 103e session de la Conférence internationale du Travail 2014 a eu lieu du 28 mai au 12 juin 2014 à Genève. La CIT a traité la question de l’objectif stratégique de l’emploi, le thème de la transition de l’économie informelle à l’économie formelle, et a élaboré un protocole et une recommandation pour compléter la Convention no 29 sur le travail forcé. La Commission de l’application des normes n’a pas encore surmonté la crise de 2012 et fait l’objet d’un fort désaccord entre employeurs et travailleurs. OBJECTIF STRATÉGIQUE DE L’EMPLOI Cette question a fait l’objet d’une discussion ré­ currente dans le cadre du suivi de la Déclaration de l’OIT de 2008 sur la justice sociale pour une mondialisation équitable. Ce type de discussion a pour but d’évaluer la performance de l’OIT et d’orienter son action sur le thème traité en fonc­ tion des besoins des constituants de l’Organisation (employeurs, travailleurs, états). La question de l’emploi reste cruciale au niveau international. Selon le BIT, environ 200 millions de personnes sont au chômage dans le monde, dont près de 40 pour cent sont des femmes et des hommes jeunes. Il faudra donc créer dans le monde 600 millions de nouveaux emplois dans les dix pro­ chaines années afin d’absorber la population ac­ tuellement au chômage et les 400 millions de per­ sonnes supplémentaires qui devraient arriver sur le marché du travail. La discussion de cette année a pu apporter un message clair qui appuie la proposition fondamen­ tale des employeurs selon laquelle pour créer des emplois il faut d’abord créer des entreprises du­ rables. Ainsi, dans les conclusions de la Commis­ sion, le rôle clé du secteur privé dans la création d’emplois et le besoin de politiques axées tant sur l’offre que sur la demande ont été reconnus comme principes directeurs pour la promotion d’un déve­ loppement et d’une reprise durables axés sur l’em­ ploi. Il est aussi précisé dans les conclusions, et ainsi universellement reconnu, que les principes directeurs doivent tenir compte de la diversité des situations des pays et de la large gamme de défis existant en matière d’emploi. Ainsi est aussi recon­ nu le besoin d’un cadre de politiques de l’emploi individuel et global pour chaque Etat membre de l’OIT. Les conclusions de la Commission précisent les ac­ tions que le BIT doit entreprendre pour aider les Etats membres qui en font la demande. Sur ce point, les employeurs ont souligné que la décision politique dépend de la situation et des priorités nationales. Le BIT doit donc apporter des éléments de recherches neutres et non élaborer des recom­ mandations politique envers les Etats. Reste à es­ pérer que la question d’un environnement favo­ rable aux entreprises sera reprise comme élément central de la stratégie de l’emploi de l’OIT. Au niveau institutionnel, il faut souligner que les conclusions prévoient de renforcer la coopération de l’OIT avec l’OCDE et d’autres organisations in­ ternationales en ce qui concerne la promotion de la Déclaration de principes tripartite sur les entre­ prises multinationales et la politique sociale (OIT) et la promotion des Principes directeurs de l’OCDE pour les mêmes entreprises. POLITIQUE PATRONALE INTERNATIONALE Alexandre Plassard jusqu’au 31 octobre 2014 Marco Taddei dès le 1er septembre 2014

Sommaire des pages