Please activate JavaScript!
Please install Adobe Flash Player, click here for download

Rapport-annuel-2014-epaper

co-financement de Compasso, portail d’informa- tion des employeurs sur tous les thèmes en rap- port avec le maintien de l’employabilité et la réin- tégration de personnes limitées dans leur santé. A cela est venu s’ajouter son engagement dans le groupe de réflexion FER qui avait mis au point ces dernières années des instruments de dépistage précoce. Jusqu’ici, l’UPS n’était pas directement engagée dans ConCerto, mais entretenait depuis assez longtemps des liens amicaux avec cette as- sociation via plusieurs de ses membres. Concerto s’était fixé comme but de mettre au point une mé- thode judicieuse pour atteindre les objectifs visés de coordination et de communication dans des cas d’intégration difficiles impliquant par exemple plusieurs assureurs. La Confédération s’étant retirée financièrement des trois initiatives à l’issue des phases pilotes et d’une évaluation de FER et de ConCerto, nous avons saisi cette opportunité pour regrouper les trois organisations sous un patronage commun encore plus efficace. Cela s’est fait notamment à partir des résultats des évaluations. Nous espé- rons ainsi pouvoir encore mieux exploiter à l’ave- nir le potentiel existant dans les PME. Les trois organisations se sont rapprochées au cours de l’année sous revue dans un processus minutieu- sement mené sous la houlette de l’Union patro- nale suisse. L’assemblée constituante de la nouvelle association Compasso s’est déroulée le 14 novem- bre dans la maison de l’économie. Tous les inter- venants importants dans le domaine de l’identifica- tion précoce et de la réintégration sont partenaires de l’association: l’Association Suisse d’Assurances (ASA), la Conférence des offices AI, la Suva, les or- ganisations faîtières des associations de handica- pés ainsi que l’Union patronale suisse. A la fin de l’année, plusieurs entreprises d’une certaine taille avaient déjà confirmé leur engagement en tant que sponsors et un nombre considérable de membres avaient déjà été trouvés. De nombreuses entreprises, grandes et plus petites, en font partie. 2015 sera l’année de la mise en place de l’édifice. Les éléments centraux en seront la rapide prépa- ration des instruments de travail existants axés sur la pratique pour les employeurs ainsi que le comblement des lacunes dans le domaine. PRÉVOYANCE VIEILLESSE 2020 : HAUSSES D’IMPÔTS EXORBITANTES AU LIEU D’ADAPTATION DES RENTES Au cours de l’année sous revue, on a vu se déve- lopper ce qui était déjà apparu en novembre 2013 au moment de l’ouverture de la procédure de con- sultation sur la réforme de la prévoyance vieil- lesse: le Conseil fédéral mise sur des hausses de TVA exorbitantes et, d’une manière générale, sur un financement supplémentaire unilatéral pour combler le déficit démographique plutôt que sur l’adaptation progressive de l’âge de la retraite de référence à l’espérance de vie. L’évolution démo- graphique et le vieillissement de la population posent de grands défis à la prévoyance vieillesse. Selon le Conseil fédéral, l’AVS risque à elle seule d’être confrontée d’ici 2030 à un trou fi- nancier de 9 milliards de francs par année! Il y a déjà longtemps que l’Union patronale suisse in- siste sur la nécessité de prendre à temps des me- sures d’ensemble pour garantir les rentes de vieil- lesse. C’est pourquoi elle soutient en principe le Conseil fédéral qui veut assurer les rentes à venir dans le cadre d’une vision d’ensemble de la pré- voyance vieillesse. En lieu et place du «projet mam- mouth» du Conseil fédéral qui recèle de grands risques d’échec et laisse présager des hausses d’impôts, l’Union patronale suisse demande de pro- céder avec mesure. Il s’agit d’atteindre le but visé, soit le maintien des rentes à leur niveau actuel mal- gré l’énorme pression démographique, par por- tions digestibles. Du point de vue des employeurs, l’objectif priori- taire doit être de garantir le niveau actuel des pres- tations pour les dix à quinze prochaines années. C’est pourquoi il est nécessaire de scinder et de prioriser les propositions du Conseil fédéral. Bien que les tendances démographique et sociétale soient prévisibles, de nombreuses incertitudes pla- nent sur le système de prévoyance vieillesse. Vou- loir faire face par anticipation à toutes les évolutions possibles ces vingt prochaines années comme le Conseil fédéral en a l’intention avec le relèvement de la TVA, n’aboutira pas au résultat escompté. Lorsque le Conseil fédéral a manifesté en juin 2014 déjà son intention d’ignorer largement les résultats de la procédure de consultation pourtant clairs sur de nombreux points, la correction apportée au pro- jet soumis en consultation consistant à ramener le taux de 2 à 1,5 pour cent est apparue comme la

Sommaire des pages