Une intégration réussie et sans contrainte sur le marché du travail

4 janvier 2017,  Nouvelles

En 2017, la Confédération organisera à trois reprises une conférence dans le but d’améliorer l’intégration des personnes handicapées sur le marché du travail, grâce à une collaboration plus étroite. Les employeurs soutiennent cette initiative. Le succès de Compasso le montre: une collaboration sur une base volontaire est préférable à une solution sous contrainte étatique.

Les principaux acteurs de l’intégration professionnelle se réuniront cette année dans le cadre de la «Conférence nationale en faveur de l’intégration des personnes handicapées sur le marché du travail». Le but des trois rencontres prévues est de renforcer la coordination et la collaboration afin de mieux intégrer sur le marché du travail les personnes en situation de handicap. Toujours plus d’entreprises s’engagent sur la question de leur propre initiative en raison également de la pénurie de main-d’œuvre qualifiée qui devrait s’aggraver encore plus à l’avenir du fait du vieillissement démographique.

L’organisation Compasso illustre l’efficacité de la collaboration en matière d’intégration professionnelle. Sous le patronage de l’Union patronale suisse, l’association met en réseau les acteurs principaux et soutient les efforts des employeurs en faveur de l’employabilité et de la réintégration sur le marché du travail de personnes ayant des problèmes de santé. Cet engagement est payant: grâce à la collaboration entre les employeurs et l’assurance-invalidité (AI), quelque 75’000 personnes ont pu conserver leur travail ou trouver un nouvel emploi depuis 2012. Au surplus, ainsi que la Conférence des offices AI l’a annoncé récemment, ce nombre augmente chaque année.

L’engagement des entreprises sert leurs propres intérêts et repose sur le volontariat. Dans le cadre de la réforme de l’assurance-invalidité, le Conseil fédéral est donc bien inspiré de ne pas ancrer dans la loi les accords avec les associations faîtières du monde du travail. Compte tenu des développements positifs de ces dernières années, ces mesures de contrainte ne sont ni nécessaires ni propices. Au contraire, la force de la collaboration en matière d’intégration professionnelle entre l’AI, la Suva, les assurances privées et d’autres intervenants comme les organisations de handicapés et de réadaptation repose précisément sur des structures flexibles et conformes aux besoins.