Les femmes occupent davantage de postes de cadres

7 mars 2017,  Nouvelles

Une fois de plus, la part des femmes dans les comités de direction et les conseils d’administration de grandes entreprises suisses a augmenté. Mais il ressort d’une comparaison avec le secteur public que la part des femmes dans les entreprises interrogées reste encore plus faible. C’est pourquoi l’Union patronale suisse s’engage toujours activement en faveur d’un accroissement des effectifs féminins dans les instances supérieures des entreprises.

La part des femmes dans les comités de direction et les conseils d’administration des 100 plus grandes entreprises de Suisse augmente encore, à 8 ou 17 pour cent. Tel est le résultat auquel aboutit le dernier Rapport Schilling du cabinet de recrutement de cadres Guido Schilling, qui passe au peigne fin une fois par an les organes dirigeants de l’économie suisse. Il a aussi examiné pour la première fois cette année l’administration publique. Il est particulièrement réjouissant de constater que plus d’un cinquième des nouveaux membres des directions d’entreprises sont des femmes. La progression est nette par rapport aux années précédentes.

L’évolution va dans la bonne direction. Mais la part des femmes dans les instances dirigeantes des entreprises est toujours faible. Les entreprises ont intérêt à veiller à la diversité de la composition de leurs organes dirigeants. Il est de plus en plus reconnu que la mixité des équipes permet de réaliser de meilleures prestations. En outre, avec le temps, la raréfaction croissante de l’offre de main-d’œuvre rend toujours plus impérative une meilleure exploitation du potentiel des femmes également aux niveaux des instances dirigeantes.

A cet égard, l’Union patronale suisse s’engage depuis plusieurs années en faveur d’une meilleure représentation des femmes dans les conseils d’administration. La publication de l’ouvrage «Femmes dans les conseils d’administration» en est un exemple. Il existe aussi depuis peu un Code de conduite des cabinets-conseil en ressources humaines qui va dans ce sens. Un total de 32 sociétés de recrutement de cadres qui collaborent à la recherche de personnes susceptibles d’occuper des postes de conseil d’administration ont signé ce Code de conduite. Leur rôle consiste à soutenir les entreprises dans la planification de succession à des postes de leadership, par exemple par la mise en évidence de l’enrichissement d’une représentation équilibrée des sexes et par la constitution d’un réseau de contacts avec des candidates potentielles.