étude PISA 2015: interprétation malaisée – nécessaire progrès de l’aptitude à lire

6 décembre 2016,  Nouvelles

Pour la Suisse, les études PISA sont la seule possibilité de comparer les performances scolaires à l'échelle internationale. Malheureusement, la dernière analyse des capacités des jeunes suisses de 15 ans n'est que partiellement utilisable pour la politique suisse de la formation. Les autorités renoncent dès lors à une interprétation.

Avec ses études PISA, l’OCDE se donne un moyen de comparer les performances des élèves de 15 ans appartenant à 72 pays. Chaque étude est principalement centrée sur les compétences de base en lecture, mathématiques et sciences naturelles. La dernière étude pour 2015 montre que les jeunes Suisses de 15 ans ont obtenu la meilleure note moyenne d’Europe en mathématiques. En sciences naturelles, les Suisses se sont situés au-dessus de la moyenne de l’OCDE, au même niveau que l’Allemagne. En lecture, ils sont restés dans la moyenne OCDE, mais nettement derrière l’Allemagne. Ces données n’ont guère varié ces dernières années.

Cela dit, il n’est pas facile d’interpréter clairement les résultats actuels, car les chiffres ne sont pas suffisamment fiables. Les autorités renoncent donc à interpréter. Malgré cela, les défis de la politique suisse de formation ne semblent pas s’être modifiés. Dans l’optique des employeurs, il convient notamment de renforcer l’aptitude des élèves en lecture et de donner plus d’importance aux sciences naturelles dans les programmes d’études. Compte tenu de leur engagement dans la formation professionnelle, les employeurs ont un intérêt vital à voir se renforcer les aptitudes des jeunes sortant de l’école obligatoire.